GUIGARD - Armorial du Bibliophile.
EURALNET : Pour accéder à l'ensemble des 416.500 noms et 125.807 liens des bases du site à prix réduit.

Descriptions des blasons : accès payant

Pour régler par carte bancaire cliquez sur le bouton PAYPAL du code placé au-dessus du groupe d'informations.

Références des armoriaux codés dans les informations proposées (voir exemple)

Voir un exemple :
cliquez ici =>

Exemple de fichier : groupe de noms (correspondant à ceux affichés sur le site) au format .txt présentant les descriptions des blasons.

Le fichier commandé est transmis par e-mail et ne comporte aucun dessin de blason, d'armes ou d'armoiries.
L'achat d'un code donne accès à l'ensemble des informations du groupe correspondant (voir l'exemple).

Code 72

ORLÉANS (D') (J. B. Gaston de France, duc), frère de Louis XIII. Gaston possédait deux bibliothèques: l'une à Paris, l'autre à Blois, et toutes deux d'une grande richesse. Celle de Paris, qui se trouvait au Luxembourg, à l'extrémité de la galerie de Rubens, se distinguait surtout et par l'importance du fonds et par la splendeur des ornements. Tous ses volumes étaient habillés à peu près d'une manière uniforme, veau fauve, sauf quelques-uns en maroquin rouge ou violet pâle, au double G, avec ou sans couronne, sur les plats, aux angles et sur le dos. Avant de mourir, ce prince donna à Louis XIV sa Bibliothèque du Luxembourg, composée non-seulement de livres tant imprimés que manuscrits, mais encore de médailles, de miniatures, d'estampes et de toutes sortes de curiosités. Il avait réuni 53 manuscrits, parmi lesquels se trouvait l'exemplaire original de l'Histoire des Rois de France, présenté par Du Tillet à Charles IX. Son médailler contenait des pièces rares et nombreuses; et si nous en croyons le P. Jacob, la numismatique lui était familière: "...Ny Alexandre Sévere, dit-il, ny Atticus, ny le très docte Varron, n'ont eu une cognoissance des médailles comme luy..." Au milieu d'une vie la plus stérilement agitée, Gaston se prit tout à coup à aimer les plantes et les fleurs. Il commença d'abord par en faire cultiver à Paris dans le jardin de son palais du Luxembourg, puis à Blois. De plus, il fit dessiner et peindre les plus rares et les plus curieuses, afin de les avoir aussi dans son cabinet. Pour ce travail, il appela auprès de lui le célèbre miniaturiste Nicolas Robert, de Langres, dont personne, au dire d'Antoine de Jussieu, n'égala le pinceau. Au bout de quelque temps, Gaston fut en possession d'un grand nombre de portefeuilles pleins de dessins coloriés et enluminés. Ce sont ces portefeuilles qui furent l'origine de cette splendide collection dite Vélins du Muséum, et qui, en 1793, passa de la Bibliothèque Impériale, alors Nationale, au jardin des Plantes.
ORLÉANS (D') (Jean-Baptiste), dit le chevalier, grand-prieur de France de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, abbé de Hautvilliers, grand d'Espagne et général de galère. Il était fils naturel de Philippe II, duc d'Orléans, dit le Régent, et de Marie-Louise-Victoire le Bel de la Boissière de Viry, comtesse d'Argenton.
ORLÉANS (D') (Louis) duc, fils du régent, mort en 1752, et Auguste-Marie-Jeanne, princesse de Bade, morte en 1726.
ORLÉANS (D') (Louis-Philippe), duc, né le 12 mai 1725, mort en 1785.
ORLÉANS (D') (Philippe), frère de Louis XIV, connu sous le nom de Monsieur.
ORLÉANS (D') (Philippe), régent.
ORLÉANS (D') (Philippe-Elisabeth), dite Mademoiselle de Beaujolais. Morte en 1734.
ORLÉANS (D') Charles. Le poète mort en 1464. Le poète élégant et gracieux, le fils de la tendre et malheureuse Valentine de Milan, possédait en son château de Blois une bibliothèque remarquable et curieuse surtout, en ce qu'elle donne la source où l'auteur de tant de pièces charmantes puisa ses inspirations. Vers 1427, alors qu'il était prisonnier en Angleterre, Charles d'Orléans fit faire l'inventaire de ses livres par le seigneur de Mortemart, son grand chambellan. Cet inventaire constatait l'existence de quatre-vingts manuscrits, la plupart ornés de miniatures, et dont quelques-uns portaient sur les couvertures les armes du prince poète et bibliophile. Quatre-vingts manuscrits, c'est bien peu, dira-t-on ? C'est beaucoup, c'est énorme même quand on pense qu'alors les manuscrits étaient d'une grande rareté, et qu'il fallait les payer fort cher ou les faire exécuter soi-même à grands frais. A cette époque, les princes ou seigneurs pouvaient seuls se donner le luxe de la bibliophilie. L'inventaire des livres de Charles d'Orléans existe à la Bibliothèque Impériale du Louvre, parmi d'autres pièces provenant de la Chambre des comptes de Blois, qui furent achetées à la vente des archives du baron de Joursenvault. Il a été publié par Le Roux de Lincy, dans le tome V de la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes.
ORLÉANS (D') Marie-Louise, fille de Monsieur, frère de Louis XIV, femme de Charles II, roi d'Espagne, morte en 1689.
ORLÉANS-EGALITÉ (D') (Philippe)
ORLÉANS-EGALITÉ (D') (Philippe) et Marie-Louise-Adelaïde de Bourbon-Penthièvre.