GUIGARD - Armorial du Bibliophile.
EURALNET : Pour accéder à l'ensemble des 416.500 noms et 125.807 liens des bases du site à prix réduit.

Descriptions des blasons : accès payant

Pour régler par carte bancaire cliquez sur le bouton PAYPAL du code placé au-dessus du groupe d'informations.

Références des armoriaux codés dans les informations proposées (voir exemple)

Voir un exemple :
cliquez ici =>

Exemple de fichier : groupe de noms (correspondant à ceux affichés sur le site) au format .txt présentant les descriptions des blasons.

Le fichier commandé est transmis par e-mail et ne comporte aucun dessin de blason, d'armes ou d'armoiries.
L'achat d'un code donne accès à l'ensemble des informations du groupe correspondant (voir l'exemple).

Code 64

LA BAUME (DE) (Alphonse), conseiller au parlement de Grenoble, vers 1658.
LA CROIX DE CASTRIES (DE) (Armand-Pierre), docteur de Sorbonne, abbé de Monestier, premier aumônier de la duchesse de Berry, nommé archevêque de Tours, puis archevêque d'Alby. Il fut commandeur de l'ordre du Saint-Esprit en 1733, et mourut dans son diocèse le 15 avril 1747, âgé de 88 ans.
LA CROIX DE CASTRIES (DE) (Marie-Louise-Angélique de Talaru de Chalmazel, marquise), née le 20 mars 1723, fille de Louis de Talaru-Chalmazel, chevalier des Ordres du Roi et premier maître d'Hôtel de la Reine. Elle avait épousé, le 20 juillet 1741, Armand-François de la Croix, marquis de Castries, né le 18 octobre 1725, qui fut pourvu, après de décès de son père, du gouvernement de la ville citadelle et diocèse de Montpellier. A sa majorité, on le nomma lieutenant au régiment du Roi, infanterie. Il mourut le 27 janvier 1743, à Châlons en Champagne, à son retour de Bohême où, selon La Chesnaye des Bois, "il avait essuyé toutes les fatigues de la guerre, et donné les marques de la plus grande valeur". La marquise de la Croix de Castries devint, en 1747, dame d'honneur de Mesdames Henriette et Adélaïde, filles de Louis XV. C'était une femme aimable et spirituelle, et passionnée pour les arts et la littérature. Elle s'était formée un cabinet des plus curieux avec une bibliothèque composée de livres richement habillés et frappés pour la plupart à ses armes.
LA GRUTHUYSE (DE) (Louis de Bruges), seigneur, prince de Steenhuyse, comte de Wincester, l'un des plus brillants et des plus magnifiques seigneur de son époque. Il mourut à Bruges, le 24 novembre 1492, âgé de plus de 70 ans. La Gruthuyse avait épousé, en 1455, Marguerite de Borstele, issue d'une ancienne famille de Zeelande. Edouard IV, roi d'Angleterre, comme témoignage de l'accueil qu'il avait reçu de lui, le fit nommer, 1471, comte de Wincester, et lui accorda le droit de porter: D'azur à 10 macles d'or, au canton cousu de gueules, chargé d'un léopard d'or. Mais il ne porta jamais d'autres armes que les siennes propres. La Gruthuyse avait une Bibliothèque composée en grande partie de manuscrits que lui-même il avait fait enluminer par les plus habiles artistes de Bruges et de Gand, pays classiques de l'enluminure. Le nombre et la grandeur de ces manuscrits, la richesse et la variété de leur ornementation, la beauté du vélin et de la calligraphie, le luxe des reliures, presque toutes en velours de diverses couleurs, avec des clous et fermoirs de cuivre doré, faisaient de cette collection une des merveilles bibliographiques de l'époque. A sa mort, cette collection sans rivale passa à son fils Jean de Bruges, puis à Louis XII, qui la réunit à celle que son père, Charles d'Orléans, et lui-même, avaient formée à Blois. On n'a jamais su de qu'elle façon elle devint la propriété de nos rois. Mais l'empressement que l'on mit à faire disparaître toutes traces de l'ancien possesseur fait supposer qu'il y eut dans cet acte des motifs peu avouables. Les armes, la bannière, le chiffre et la devise en français et en flamand de La Gruthuyse, qui se trouvaient peints sur un grand nombre de feuillets de ses manuscrits, lors de la réunion des deux Bibliothèques, furent effacés et remplacés par les armes de France. Dans l'inventaire ou catalogue de la Bibliothèque de Blois, dressé en 1544, et dont l'original est encore à la Bibliothèque Nationale, les trésors littéraires de La Gruthuyse furent confondus avec ceux de Louis XI, Charles VIII et Louis XII. Mais cet inventaire décrit chaque volume, en indique le contenu, la reliure, la forme et la qualité des ornements. De telle sorte qu'il est facile de distinguer les livres qui faisaient partie de la collection de La Gruthuyse. La Bibliothèque Nationale possède cent six manuscrits ayant appartenu au célèbre bibliophile brugeois. Cependant ces manuscrits n'entrèrent pas tous d'abord dans cet établissement. Le duc de la Vallière, par exemple, en avait eu un qui fut acquis plus tard, et que cet amateur avait trouvé parmi les livres de la famille d'Urfé, en 1777. (Catalogue La Vallière, t. I. p. 266, n° 815). Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de La Gruthuyse, suivies de la notice des manuscrits qui lui ont appartenu, et dont la plus grande partie se trouve à la Bibliothèque du Roi (par Van Praet). - Paris, 1831, in-8°.
L'AUBESPINE (DE) (Gabriel), évêque d'Orléans, mort en août 1630.
LAURENS (DU) (Gaspard), archevêque d'Arles, mort en 1630. La collection de l'archevêque d'Arles comptait plusieurs manuscrits précieux qui ont été disséminés après sa mort, et que l'on trouve aujourd'hui dans quelques Bibliothèques du Midi de la France.