GUIGARD - Armorial du Bibliophile.
EURALNET : Pour accéder à l'ensemble des 416.500 noms et 125.807 liens des bases du site à prix réduit.

Descriptions des blasons : accès payant

Pour régler par carte bancaire cliquez sur le bouton PAYPAL du code placé au-dessus du groupe d'informations.

Références des armoriaux codés dans les informations proposées (voir exemple)

Voir un exemple :
cliquez ici =>

Exemple de fichier : groupe de noms (correspondant à ceux affichés sur le site) au format .txt présentant les descriptions des blasons.

Le fichier commandé est transmis par e-mail et ne comporte aucun dessin de blason, d'armes ou d'armoiries.
L'achat d'un code donne accès à l'ensemble des informations du groupe correspondant (voir l'exemple).

Code 15

BACHELIER (Nicolas) du Pinier, conseiller au siège présidial de Nantes, 1671.
BAILLET (Lazare), conseiller au Parlement de Bourgogne, vers 1704.
BAILLET (René), chevalier, seigneur de Sceaux, de Tresmes et de Selly, d'abord avocat au Parlement de Paris, puis conseiller du Roi et premier président du Parlement de Bretagne, mort en 1579. Il avait épousé Isabeau Guillard, fille de messire André Guillard, chevalier, seigneur de l'Isle, de l'Epichelière, etc..., conseiller du Roi et maître des requêtes ordinaire de son hôtel.
BAILLEUL (DE) (Nicolas-Louis) marquis de Château-Gonthier, président à mortier au Parlement de Paris, mort le 17 avril 1714, âgé de 63 ans. Il avait épousé: 1°, en octobre 1678, Louise Girard, fille unique de Louis, seigneur de la Cour des Bois, Tillai, etc..., doyen des maître des requêtes; 2°, Charlotte du Fréne, veuve de Jacques le Noir, trésorier de France.
BAILLON (DE) Eléonor, seigneur de Saillans, prévôt des marchands de la ville de Lyon, vers 1638.
BAILLY (François), conseiller au Parlement de Bourgogne, vers 1644.
BALZAC (DE) (Charles), évêque et comte de Noyon, mort en 1642.
BARADAT (Henri), évêque de Noyon, mort en 1660. Ce prélat avait-il une bibliothèque proprement dite ? Pourtant le P. Jacob, dans son Traité des plus belles Bibliothèques, n'en fait pas mention. Il est probable que les livres que nous avons trouvés à ces armes n'étaient que des exemplaires de dédicace: par conséquent ils doivent être fort rares.
BARADEAU (Henri-François), chanoine de l'église de Paris, vers 1722.
BARBERYE DE SAINT-CONTEST (Michel), maître des requêtes, mort vers 1692. Dans les portraits des membres du Parlement de Paris, publiés par Duleau, on lit: "Barberye de Saint Contest. - Nouveau venu; de parenté médiocre, mais riche et dans le dessein de travailler. A de grands procès en la chambre de l'Edict contre ses proches". L'ancien maître des requêtes ne fut pas le seul bibliophile de sa famille, car l'on rencontre des volumes reliés à ses armes et d'une date bien postérieure à celle de sa mort. Il est très probable que sa Bibliothèque fut conservée pendant quelque temps dans la ligne directe, et que le même fer servit pour les uns comme pour les autres.
BARCILLON DE MOUVANS (Jean), consul d'Aix, 1590. Nous n'avons rien trouvé sur ce magistrat provençal, qui pût nous donner quelque connaissance de sa bibliothèque. Seulement, d'après l'exemplaire à ses armes que nous avons eu entre les mains, on peut inférer qu'elle devait être très bien composée.
BARDIS (DE) (Côme), évêque de Carpentras, mort le 18 avril 1631. L'évêque de Carpentras n'était ni un amateur, ni un collectionneur. Il avait peu de livres, et ceux portant ses armes sont des exemplaires de dédicace.
BARENTIN (Charles-Louis-François de Paule), garde des sceaux de France, né en 1738, mort à Paris le 30 mai 1819.
BARILLON DE MORANGIS (Antoine), maître des requêtes ordinaire du roi, mort le 18 mai 1686. Cet amateur possédait une riche Bibliothèque, dont la plus grande partie lui venait de son père, le président Barillon. Il l'augmenta encore de toute celle de son oncle, Barillon de Morangis, directeur des finances.
BARON (André), conseiller au Parlement de Paris, vers 1658.
BARRAILLON (Gaspard), prévôt de la ville de Lyon, vers 1689. Ce magistrat de la commune lyonnaise avait formé une collection des plus importantes sur l'histoire de son pays. Tous ses livres étaient en parfaite conservation, et bon nombre portaient sur les couvertures les armes ci-dessus.
BARRAL (François), conseiller au Parlement de Grenoble, vers 1659.
BARRÉ Auditeur des Comptes, mort vers 1743. Barré était un bibliophile instruit et lettré. Il recherchait avec ardeur les traités singuliers en tout genre et les pièces rares et curieuses. Il avait annoté une grande partie de ses livres en tête de la première feuille de garde, soit pour en indiquer les vrais auteurs, soit pour rapporter quelques faits particuliers concernant les ouvrages. Il avait aussi formé plusieurs recueils de pièces fugitives qui n'avaient jamais été imprimées. On trouvait encore dans sa Bibliothèque la collection des Elzeviers, celle des Variorum, et quelques livres d'estampes du meilleur choix.
BARRES (DES) (Bernard), conseiller au Parlement de Bourgogne, reçu en 1631.
BARRIN DU BOISGEFFROY Conseiller au Parlement de Bretagne, vers 1630. On n'a aucuns détails concernant la Bibliothèque de cet amateur. Toutefois, le Virgile sur lequel figuraient les armes ci-dessus montrait, par la reliure et la netteté de l'impression qu'elle devait être sinon luxueuse, du moins de bon goût.

Code 16

BARRY (DU) (Jeanne-Gomart de Vaubernier, comtesse), née à Vaucouleurs, en 1746, morte à Paris, sur l'échafaud révolutionnaire, le 8 décembre 1793. La dernière favorite de Louis XV avait une Bibliothèque composée de 1,068 volumes, tous habilement reliés en maroquin rouge, dorés sur tranche, et frappés aux armes ci-dessus. Ces volumes sont fort recherchés des amateurs, soit à cause de la provenance, soit à cause de la beauté et de l'élégance de la reliure. Toutefois, on n'en rencontre que rarement dans les ventes publiques, la majeure partie se trouve aujourd'hui conservée à la Bibliothéque de la ville de Versailles. La Du Barry quoique fort belle, n'était guère en état de former, seule, une Bibliothèque, elle qui ne pouvait pas écrire un mot sans faire une faute d'orthographe: son libraire s'en chargea. On y remarqua d'abord de bons ouvrages d'histoire, de littérature et même de morale, puis ensuite des productions plus légères, que son fournisseur y fit entrer sans doute pour distraire les instants du monarque blasé. Louis XV, dit-on, parut enchanté du goût littéraire de sa nouvelle maîtresse, et lorsque sa collection arriva au château de Versailles, il s'écria: "La marquise de Pompadour avait plus de livres que la comtesse, mais ils n'étaient pas si bien reliés, ni si bien choisis; aussi nous la nommerons bibliothécaire de Versailles". "Grâce à cette Bibliothèque, dit M. Paul Lacroix (bibliophile Jacob), Madame du Barry put se perfectionner dans la lecture, mais elle en réussit point à corriger l'orthographe de ses pères".
BASCHET (Armand). Ce littérateur, à qui l'on doit la Diplomatie vénitienne, le Roi chez la Reine, et autres publications intéressantes, s'était formé une bibliothèque qui contenait 1,240 ouvrages, la plupart en italien, relatifs à l'histoire d'Italie en général, et à celle de Venise en particulier. Les volumes qu'il avait fait relier avec beaucoup de goût, pour le dire en passant, portaient sur les plats la marque ci-dessus, sans doute en souvenir de la mission qu'il avait eue d'explorer les archives vénitiennes.
BASSET (Jean-Guy), conseiller au Parlement de Grenoble, né en 1598, mort vers la fin du XVIIème siècle. Cet avocat distingué, qui plaida sa première cause à l'âge de dix-huit ans, était grand amateur de livres, et sa bibliothèque contenait des exemplaires choisis et rares.
BASSOMPIÈRE (DE) (Le maréchal François), né le 12 avril 1579, mort le 12 octobre 1646. Le maréchal de Bassompière, dit le P. Jacob, "est en estime d'un esprit très accomply pour les sciences, car son estude est continuelle, aussi bien que le soin qu'il a de rechercher les meilleurs livres pour enrichir sa célèbre bibliothèque, où sont conservez plus de quatre mille volumes". Ce que le P. Jacob ne dit pas, c'est que la plupart de ses livres étaient fort bien habillés et frappés à ses armes.
BASSOMPIÈRE (DE) (Louis), évêque de Saintes, mort le 1er juillet 1676, fils naturel du précédent.
BASTARD D'ESTANG (Dominique-François-Marie), comte, ancien député, pair de France, président de chambre à la Cour de cassation, grand-croix de la Légion d'honneur. Il naquit à Nogaro (Gers) le 31 octobre 1783; mort à Paris le 23 janvier 1834.
BAUDET (François), conseiller au Parlement de Grenoble, vers 1675.
BAUDINOT (Palamèdes), seigneur de Breuil, écrivain moraliste, originaire du Charollais, vivait dans les premières années du XVIIème siècle. Il avait été avocat au Parlement de Dijon et juge de Paray. On a de lui: Conseils et Sentences morales; Dijon, Guyot, 1617.
BAUDOIN Conseiller au Parlement de Paris, vers 1730. Ce magistrat posséda une Bibliothèque digne d'un grand seigneur. Sa passion pour les livres fut telle qu'il compromit, pour en acquérir, une belle fortune, et mourut, dit-on, dans un état voisin de la misère.
BAUDRY DE PIENCOURT (DE) (François-Placide) évêque et comte de Mende, mort en 1707.
BAULT (DE) (Hugues), conseiller au Parlement de Bourgogne, reçu le 19 janvier 1528. La collection de Hugues Bault était restreinte; mais les ouvrages qui la composaient étaient choisis et artistiquement reliés, comme l'indique le fer ci-dessus.
BAUQUEMARE (DE) (Nicolas), membre du Parlement de Paris, vers 1654. Dans les Portraits des membres du Parlement de Paris, publiés par Duleau, on lit: "De Bauquemare: - "Homme sensé, de probité, aimé et estimé des honnêtes gens du Palais; assidu dans la Chambre et y est respecté..." Complétons ce portrait en disant que la Bibliothèque qu'il s'était formée indiquait un homme de goût de d'esprit.
BAUYN D'ANGERVILLIERS Et N. Mathefelon, sa femme.
BAVIÈRE (DE) Charlotte-Elisabeth. Femme de Monsieur, frère de Louis XIV, née au château d'Heidelberg, le 7 juillet 1652, morte à Saint-Cloud, le 8 décembre 1722. Sa bibliothèque était nombreuse et de bon goût. La majeure partie de ses livres sont aujourd'hui à la Bibliothèque Impériale.
BAVIÈRE (DE) Marie-Anne-Christine-Victoire. Morte en 1690. Elle avait épousé Louis-Dauphin, dit Montpensier, mort en 1742. Ces armes figurent presque toujours sur les livres appartenant à cette princesse. Quelquefois, aussi on y voyait seulement son chiffre, sous la couronne delphinale, formé des lettres M. A. C. V., initiale des ses prénoms (N° 2).
BAY DE CURIS Intendant et contrôleur général de l'argenterie, menus-plaisirs et affaires de la chambre de Louis XV. Bay de Curis n'était pas, à proprement parler, un amateur. Il collectionnait moins par goût que par ostentation. Cependant, disons-le, ses livres étaient nombreux et la plupart splendidement habillés.
BAYLE (Charles), échevin de la ville de Lyon, 1628.
BAZIN DE BEZONS (Jacques), maréchal de France, mort le 22 mai 1733, âgé de 88 ans.